2022

EXPOSITIONS PASSÉES

26 janvier au 11 mars 2012.

Mélanie Parent, Campbellton NB

4 février - 19 mars 2022
Ce long voyage à l'intérieur

Peintures

Mélanie Parent est titulaire d’un baccalauréat en arts visuels de l’Université de Moncton (1995-1999) et d’une spécialisation en graphisme du McKenzie College of Arts & Design de Moncton (2009-2010).  Après ses études, elle présente plusieurs expositions solos et participe à autant d’expositions de groupe. Elle collabore à de nombreux projets de création et fonde, en 2019, Circolo Art et Culture à Campbellton où elle donne des cours de dessin et de peinture parallèlement à sa pratique artistique.  Ce centre d’art autogéré propose des expositions, des spectacles, et sert aussi d’espace locatif pour différentes activités culturelles. 

Démarche: 

Le confinement imposé par la pandémie a suscité Ce long voyage à l’intérieur, la nouvelle série de tableaux de Mélanie Parent. Habitée par ses réflexions sur la pauvreté et la vulnérabilité, elle a puisé son inspiration au cœur même de ses souvenirs, laissant libre cours à son imaginaire.  Ses toiles sont remplies de symboles, dont ces petites maisons construites à la suite du grand feu de 1910, à Campbellton, où son arrière-grand-mère y avait trouvé refuge. Les femmes, dont les corps nus semblent combattre l’adversité en se recroquevillant, représentent cette capacité de résilience qui interpelle l’artiste.  Les tons sombres côtoient une palette plus pâle où des points lumineux tissent une constellation.  Mélanie définit son art comme « l’expression de l’expérience humaine » et nous invite, par l’entremise de ses tableaux, à réfléchir sur notre propre histoire et sur notre rapport à l’Autre.  

IMG_7842 copie.jpg
IMG_5395.jpg

Ephèmère  Acrylique sur bois 60 x 120 cent. 2022

Carole Bherer

27 mars - 7 mai 2022

Fragile le voyage

Peintures

Fragile un voyage de Carole Bherer du 27 mars au 7 mai 2022. Carole Bherer résidente à Caraquet, présente une série récente de tableaux à l’acrylique sur bois. Voici son propos quant à sa démarche:

 

Fragile un voyage est l’histoire des icebergs, leur fonte, leur déplacement et le dénouement de leur voyage. Je prends cette image comme analogie à mon propre parcours et par extension à l’instabilité que nous vivons tous en ces temps incertains. Nos vies ressemblent à ces glaces de passage, fragiles, impermanentes.

Fragile un voyage prend son départ dans l’exposition précédente Fragile pour évoluer graduellement vers là où la mer et les glaces fondues se rencontrent et s’entremêlent.

La maison, qui est un élément récurrent dans mon travail, symbolise la place de l’humain dans l’environnement, sa dépendance et sa dérive.

Une connexion précieuse et fragile entre nous et la nature."

Marlène Laberge

12 mai - 3 juillet 2022

Suite à une résidence en septembre 2019   Ces lieux qui nous habitent

Mix- médias

Cette résidence d’artiste est en lien direct avec ma démarche artistique : j’explore la mémoire, le lieu et l’empreinte. Je suis interpellée par la trace qu’on laisse sur les lieux et par l’empreinte que ces lieux nous laissent. Je vais fouiller la mémoire personnelle et collective des habitants de Caraquet, approfondir l'expérience humaine, évaluer les impacts relationnels à travers le temps et découvrir comment ils occupent leur territoire. Comme j’exprime une sensibilité singulière pour le vécu humain, j’irai collecter leurs témoignages, m’ouvrir, les écouter. Me laisser toucher par leur histoire. Ma recherche se matérialise dans la mobilité, le déplacement. Durant mon séjour, je parcourrai le territoire, l’œil ouvert aux lieux et aux vécus qui m’interpellent. Je noterai tout élément pouvant me permettre de cartographier les mentalités et les lieux. Capturer l’instant présent et passé. Dans ce contexte à la fois instinctif et rigoureux, ressenti et documenté, je saisirai le caractère et l’essence du lieu.

J’observerai les perceptions de cette communauté face à la mouvance des choses. Puisque tout a changé pour les uns et que rien n’a bougé pour les autres, je sonderai l’impact de leur capacité d’adaptation. J’interrogerai la vulnérabilité de la mémoire et les perceptions de l’observateur. J’irai à la rencontre de la réalité de chacun. Je chercherai à déceler les dispositions à faire face au réel et les recours à l’imaginaire. Cet imaginaire qui entre en fonction pour enjoliver ou pour combler un manque. Et s’il y a manque, est-il systématiquement réel et personnel, ou pourrait-il être légué par un ancêtre ou l’histoire populaire? J’entends ainsi fureter toute trace de la genèse d’un vécu, d’une perception.

Portée par les témoignages reçus, mes observations, mes sensations et les échanges avec l’artiste local, l’élaboration de l’œuvre pourra prendre la forme d’une installation sonore ou vidéo, de photographies, ou de dessins performatifs. Mon séjour à Caraquet mettra en lumière la manière dont la mémoire révèle l’âme des citoyens et comment elle façonne leur rapport au réel. Ce projet me permettra de réaliser une première résidence artistique, de développer et d’enrichir ma pratique artistique dans un environnement de création in situ.

unnamed-8-3.jpg

Photo: Julie D'Amour Léger

Léopold L. Foulem 
Montréal Qué - Caraquet NB
14 juillet - 30 août 2022
Hommes et jeunes hommes

La nouvelle exposition intitulée Hommes et jeunes hommes est composée d’œuvres récentes de Léopold L. Foulem. Ce cinquante-septième solo comportera, en plus de sculptures céramiques sur lesquelles il a établi sa carrière internationale, quelques dessins homoérotiques inédits. Ceux-ci proviennent d’un lot important récemment découvert de dessins d’observations effectués en 1977 alors qu’il était étudiant à l’Indiana State University d’où il obtiendra sa Maîtrise en beaux-arts (MFA) en 1988.

Puisque cette prochaine exposition individuelle coïncidera avec l’événement Acadie Love, la thématique homosexuelle sera évidemment le fil conducteur des œuvres présentées, problématique plastique que Foulem exploite déjà depuis 1968 de manière récurrente dans son œuvre prolifique et politique. Entre autres, notons quelques-unes de ces expositions dans lesquelles ses sculptures ouvertement gaies figuraient exclusivement : Y’a reines pis reines (1988), L’homme objet (bronzes, 1990), Santa, Blue Boy and the Colonel : Singular Congeries in Clay (2004), Bibelots? (2012) et More Bibelots? (2013). En 2014, ses céramiques furent incluses dans l’importante exposition Camp Fire : Le baroque Queer de Léopold L. Foulem, Paul Mathieu et Richard Milette présentée dans deux musées canadiens, un troisième américain ainsi qu’à l’importante Saint Mary’s University Art Gallery de Halifax.

Fanny Basque

Bas Saint-Laurent Qué

9 septembre - 9 novembre 2022

Les bouleversements

Les bouleversements est la résultante d’une résidence de recherche et création réalisée ici, à Caraquet en octobre 2019. Ce projet photographique, vidéo et sonore interroge de façon intime et poétique mon rapport à l’Acadie, tout particulièrement à la péninsule acadienne et à sa culture dominante, la pêche. Ayant grandi dans cette même péninsule, ce séjour fut pour moi unique et complexe comme peut l’être un retour chez soi après un moment d’absence. Avant cette résidence de recherche et création, mon lien avec la pêche me semblait plutôt flou et incertain. Je percevais la pêche comme une culture que j’avais connue mais qui m’était devenue complètement étrangère. Je questionnais et même redoutais la pertinence de mon point de vue sur le sujet. Mais très rapidement, au fil du temps des souvenirs regorgés d’histoires et d’anecdotes me liant à la pêche se révélèrent à mon esprit. Je comprenais que j’étais non seulement intimement lié à cette culture mais qu’elle faisait partie intégrante de mon identité. Avec une caméra argentique et une numérique, un enregistreur audio et un carnet de bord, je suis allée à la rencontre d’espaces familiers et d’espaces nouveaux, étant pour moi, tous interreliés avec le thème qui m’était proposé. Je passai la plupart de mes promenades seule, voyageant à pied et en auto. Ces balades méditatives m'amenèrent à capter des images contemplatives et subjectives, reflétant l’état de mes introspections, les doutes, les questionnements, mon désir de connexion, et l’écoanxiété omniprésente en moi. Les bouleversements dévoile des traces imagées d’une recherche teinté d’un regard doux et franc envers une culture et un territoire que je tente de comprendre

Image FB1.jpg
IMG_1804 copie.jpg