Démarche artistique

Julie Caissie

Moncton NB

15 juillet - 30 août 2021

Horizon commun (s)

Peintures

Horizon commun(s) est une confrontation du corps et du paysage, des couleurs et de l’espace, des frontières, et des disciplines qui composent ma démarche. Ma peinture est le résultat de mes actes performatifs. L’intensité des couleurs et la fluidité des coups de pinceau que j’utilise dérivent de mon corps en mouvement et de sa vibration. Je trace mon corps en mouvement sur le canevas et je l’imprègne librement avec une intensité vive et immédiate. Ces interactions, qui sont à la fois physiques et émotives, créent un éclaboussement de couleurs fluorescentes. En délimitant mon corps par des lignes fluides et des couleurs vives, en explorant ses frontières, et en le transformant, j’invente des paysages immobiles, impossibles, voire même intacts, qui évoquent une sensation de refuge quand je les peins.

 

Je tiens compte de la présence de l’observateur et l’invite à voyager dans une surface, une ligne, un espace, une zone ou une vitesse pour créer une nouvelle géographie commune. L’horizon que je perds, trouve, reperds, et retrouve sans arrêt est à la fois géographique, personnel et collectif. Ce processus de création m’aide à tisser les liens entre la peinture et l’intervention, entre moi et le canevas, et finalement entre le spectateur et ce paysage créé.

 

Ces images m’ont permis de réinterpréter et d’explorer la mémoire d’instants familiers par la peinture où l’horizon commun a été le fil conducteur; soit par les lignes de la maison d’enfance de mon père tracées et entremêlées avec les couleurs vivantes que j’utilise, ou tout simplement par la mémoire d’une marche au bord de la plage qui résonne dans mon corps et que j’exprime par une fragmentation visuelle en intégrant des couleurs néon où le corps devient la maison. Le point de départ de ce projet est cette trace. Ces mouvements qui cherchent les horizons, les espaces, les territoires, les histoires et les géographies.

 

Par l’instinct, le ressenti, les sensations, l’interprétation des espaces subtils, leurs traces et le paradoxe temporel, je remets en question l’espace et les textures qui l’habitent.

horizon communs copie.jpg